Un des visuels de la campagne "InstantColo"

Un des visuels de la campagne « InstantColo »

Les colos sont toujours dignes d’intérêt ! C’est d’ailleurs pour faire passer ce message que le ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, Patrick Kanner, était aujourd’hui en Bretagne à coté de Rennes pour lancer une nouvelle de campagne de communication. Après avoir échangé avec des jeunes en formation BAFA, il a présenté ce plan de relance des colos.
Un des visuels de la campagne "InstantColo"

Un des visuels de la campagne « InstantColo »


Le constat est en effet sans appel, le nombre de départ régresse chaque année. Pourtant, les colonies de vacances sont aujourd’hui plus qu’hier indispensables à l’apprentissage du vivre ensemble dans notre société. Mais entre les faits divers émaillant des étés trop pauvres en actualité et la surenchère des activités de consommation conduisant à l’augmentation du prix des séjours, de nombreux parents boudent désormais ce type de vacances pour leurs enfants.

Alors le ministère a décidé d’enrayer cette spirale infernale en réaffirmant l’intérêt éducatif de ces moments si particuliers dans la vie des enfants tout en rassurant les parents sur le niveau de sécurité particulièrement élevé dans le secteur. Cette campagne se décline donc sur différents supports, et notamment les réseaux sociaux dont les jeunes font désormais massivement usage.

Patrick Kanner a également ré-itéré son projet de label « colo nouvelle génération » visant à permettre aux parents de se repérer un peu dans la jungle des organismes. En effet, le terme colo regroupe désormais autant de projets que d’organisateurs avec des séjours parfois radicalement différents.

Ce label fera donc la part belle aux colos disposant d’une pédagogie forte et explicitée et aux séjours réalisés à moindre cout et accessibles à tous. Si cela devrait effectivement permettre aux parents d’effectuer des choix plus éclairés, pas sur que cela suffise à relancer les départs.

Les problèmes restent en effet nombreux, de l’image des colos véhiculée par les média aux prix de ces dernières en passant par les conditions de travail des animateurs (le fameux contrat d’engagement éducatif). Il n’empêche, cette initiative a au moins le mérite d’exister et il sera temps d’en faire le bilan dans quelques mois. D’ici là, plus de 500.000 enfants auront encore vécu des moments inoubliables en colo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *